Aller au coiffeur ou aller chez le coiffeur ?

Aller au coiffeur : attention à l'erreur

« - Maman, je vais au coiffeur.
- Chez le coiffeur ! On dit chez le coiffeur, pas au coiffeur. Combien de fois faudra-t-il que je te le répète. Et puis range ta chambre d’abord. »
Alors, dit-on « aller au coiffeur » ou « aller chez le coiffeur » ? Les mamans ont toujours raison que ce soit en affaire ou en grammaire. S’il arrive que dans le langage parlé populaire l’on entende parfois dire « aller au coiffeur », c’est pourtant tout à fait incorrect et c’est bien la maman qui a raison de reprendre son enfant. L’explication est simple comme un bonjour au coiffeur. Le coiffeur fait référence à la profession, à la personne et non au lieu, même employé par métonymie (figure par laquelle on exprime un concept au moyen d’une autre concept qui lui est lié, boire un verre par exemple). On va donc chez le coiffeur mais bien au salon de coiffure. De même on va chez le pharmacien ou chez le docteur.
En résumé, on dit « aller chez » le coiffeur (la profession).
On dit « aller au » salon de coiffure (le lieu).
Mais on ne dit pas « aller au coiffeur ». On ne dit pas non plus d’ailleurs « aller chez le salon de coiffure », mais étrangement, personne ne fait cette erreur-là.

Aller au coiffeur : comment ne plus faire l'erreur ?

Un moyen mnémotechnique pour ne plus faire l’erreur ? Vous pouvez remplacer le mot coiffeur par le nom de la personne qui vous coupe les cheveux. « Je vais chez Bernard, mon coiffeur » sonne bien mieux que « je vais au Bernard » n’est-ce pas ? Par esprit de contradiction infantile vous pourriez continuer de dire à votre mère que vous « allez au coiffeur » mais ne vous y trompez pas, vous aurez tort. Vous savez désormais ce qu’il vous reste à faire si vous voulez avoir une grammaire aussi soignée que votre chevelure, il faut aller chez le coiffeur. Vous pouvez toujours dire que vous allez vous faire couper les cheveux et évitez alors tout le problème.
Ce qui est intéressant de constater dans cette situation, c’est que malgré l’avis de tous les grammairiens, de nombreuses personnes continuent à employer l’expression « aller au coiffeur » bien que personne ne leur ait enseigné cette manière de parler. Jean-Claude Milner dans son livre Introduction à une science du langage évoque la normalité de cette erreur courante du fait de la métonymie impliquée dans cette expression. Le terme coiffeur ne désigne en effet pas seulement le la profession mais également le lieu. Pour lui dire « aller au coiffeur » n’est pas la conséquence de l’imaginaire débordant de quelques rebelles mais au contraire une intuition grammaticale qui découle du système que l’on nous instruit qui regorge de nombreuses exceptions. Mais ne froissons pas notre grammaire et allons chez le coiffeur.

Mais d’ailleurs, d’où vient le mot coiffeur ?

Maintenant que nous savons que l'expression "aller au coiffeur" est fausse nous pouvons nous demander d'où vient le mot coiffeurLe mot coiffeur a tout naturellement des racines latines et vient du mot coiffer qui dérive lui-même du latin cofia qui désignait très certainement une coiffe traditionnelle portée par les femmes de l’époque. Le terme coiffeur fait aujourd’hui l’unanimité et désigne la personne dont le métier est de couper les cheveux, de coiffer. Pourtant il n’a pas toujours été le terme le plus utilisé et d’autres termes lui étaient préférés avant. Si coiffeur est donc le terme universel en France, d’autres mots permettent toujours de parler des coiffeurs, et cela en variant le ton comme Cyrano de Bergerac sur un autre sujet.
Par exemple, théâtral, vous pouvez prendre rendez-vous chez le figaro, en référence au personnage de comédie de Pierre de Beaumarchais qui n’est autre que le nom du héros domestique et du barbier de Séville. Marin, vous pouvez aller chez le merlan, du fait de la poudre blanche que les coiffeurs avaient abondamment sur eux et qui rappelait le poisson roulé dans la farine blanche avant qu’ils ne soient frits. Familier, vous vous rendez chez le coupe-tif qui ne vient pas forcément de la rue mais de l’ancien français « tifer » qui veut dire coiffer. Tendance, vous allez chez le barbier, un ancien métier qui revient à la mode aujourd’hui avec de plus en plus d’hommes qui laissent pousser leur barbe et désirent l’entretenir. Ancien, vous allez chez le perruquier qui avant de désigner un posticheur confectionneur de perruque, qualifiait autrefois les coiffeurs de manière générale. Singulier, vous allez chez le capilliculteur, car qui réellement utilise cette expression sinon des hommes de lettres qui préfèrent étaler leur culture à défaut d’être compris. Finalement pourquoi s’embêter avec l’expression aller chez le coiffeur si l’on peut exprimer l’idée de plein de manières différentes ?
Une chose est certaine ici, c’est que la plateforme Hello Merlan ne répondra peut-être pas à vos attentes capillaires ni la très journalistique plateforme Hello Figaro, alors pour prendre rendez-vous facilement chez votre coiffeur, utilisez Hello Coiffeur. C’est par ici que ça se passe.

Retrouvez-nous sur :

Facebook Instagram